312 jours. Depuis que le drapeau à damier s’était abaissé au Circuit Paul Ricard en octobre, les concurrents de l’Alpine Elf Europa Cup et leurs Alpine A110 Cup avaient dû attendre 312 jours avant de retrouver la compétition à Nogaro.

 

Pour ouvrir les débats, dix-huit pilotes étaient présents, dont Matéo Herrero. Le vainqueur de la catégorie Junior en 2019 était d’ailleurs le plus rapide à reprendre le rythme en menant quatre des cinq séances d’essais avant de voir sa série être arrêtée par Pierre Sancinéna (Racing Technology).

 

COURSE 1 : HERRERO AU BOUT DU SUSPENSE

 

Samedi, Matéo Herrero répliquait en qualifications avec le nouveau record du tour pour la catégorie en 1’33’’278 devant Pierre Sancinéna et Laurent Hurgon (Autosport GP).  

 

À l’extinction des feux, le poleman résistait aux attaques de Pierre Sancinéna et Laurent Hurgon avant de creuser un léger écart sur ses poursuivants lancés dans une lutte gagnant en intensité au fil des passages. Débordé par Marc Guillot (Herrero Racing) au départ, Jean-Baptiste Méla (Autosport GP) en profitait pour reprendre son bien au neuvième tour avant d’effacer Laurent Hurgon.

 

En parallèle, Pierre Sancinéna parvenait à trouver l’ouverture sur Matéo Herrero à deux boucles de l’arrivée, mais son rival ripostait dans un duel d’anthologie dans le dernier tour. Après trois échanges de positions, Matéo Herrero franchissait le drapeau à damier en premier pour s’imposer devant Pierre Sancinéna et Jean-Baptiste Méla.

 

Laurent Hurgon et Marc Guillot complétaient le top cinq devant Edwin Traynard, auteur d’une course solide pour ses débuts dans la discipline. Troisième de la catégorie Junior, il devançait Lilou Wadoux (Autosport GP), Gosia Rdest (Racing Technology) et André Negrão (Racing Technology). Dixième, Philippe Bourgois (Racing Technology) l’emportait dans la catégorie Gentlemen.

 

COURSE 2 : HERRERO RÉSISTE ENCORE

 

Encore plus disputée que la veille, la deuxième qualification voyait Matéo Herrero s’offrir une nouvelle pole pour moins d’un centième de seconde d’avance sur Jean-Baptiste Méla et Pierre Sancinéna.

 

Matéo Herrero réalisait un bon envol pour conserver l’avantage sur Jean-Baptiste Méla tandis que Pierre Sancinéna glissait derrière Laurent Hurgon et Marc Guillot dans une entame de course marquée par l’abandon de Stéphane Auriacombe (Tierce Racing).

 

Dans un groupe de tête toujours plus compact, Jean-Baptiste Méla lançait une offensive au cinquième, puis au sixième passage avant de trouver une ouverture sur Matéo Herrero au septième tour. Ce dernier répliquait toutefois dans les virages suivants pour reprendre son bien dans la foulée.

 

Leurs poursuivants profitaient également de ce regroupement pour amorcer leurs attaques, à l’image de Pierre Sancinéna qui ravissait la quatrième place de Marc Guillot avant de connaître moins de réussite face à Laurent Hurgon.

 

Malgré une pression de tous les instants, Matéo Herrero résistait pour l’emporter devant Jean-Baptiste Méla et Laurent Hurgon. Derrière, Pierre Sancinéna conservait la quatrième position en dépit du retour de Marc Guillot en fin de course. Sixième à moins de deux secondes du podium, Lilou Wadoux précédait Gosia Rdest et Thomas Laurent (Racing Technology). Promu au neuvième rang après une erreur d’Edwin Traynard, Philippe Bourgois contenait Anthony Fournier (Race Cars Consulting) pour s’imposer chez les Gentlemen.

 

COURSE 3 : LA REMONTADA DE TRAYNARD

 

Établie selon les deuxièmes meilleurs temps de la première qualification, la grille voyait à nouveau Matéo Herrero s’élançer devant Jean-Baptiste Méla et Pierre Sancinéna, mais le scénario de la course s’avérait toutefois bien différent.

 

Matéo Herrero conservait l’avantage sur Jean-Baptiste Méla alors que Pierre Sancinéna était débordé par Marc Guillot, mais l’attention se tournait très vite sur Edwin Traynard. Cinquième au départ, le pilote Autosport GP s’inclinait d’abord face à Laurent Hurgon à l’extinction des feux, puis Louis Méric (Herrero Racing) au deuxième passage avant d’entamer une folle remontée trois boucles plus tard.

 

Edwin Traynard dépassait Louis Méric, Laurent Hurgon, Pierre Sancinéna et Marc Guillot en cinq tours avant de fondre sur le duo de tête. Après avoir surpris Jean-Baptiste Méla, puis Matéo Herrero au premier virage, Edwin Traynard distançait rapidement ses rivaux, aidé par le tête-à-queue de Matéo Herrero.

 

La course était toutefois arrêtée dans la foulée après l’incident d’André Negrão, dont Lilou Wadoux, Louis Méric et Gosia Rdest étaient les victimes collatérales, mais indemnes.

 

Le classement final se calait alors sur les positions à la fin du quinzième tour. Edwin Traynard s’imposait devant Jean-Baptiste Méla et Matéo Herrero. Marc Guillot terminait quatrième, suivi de Pierre Sancinéna, Laurent Hurgon et des quatre pilotes impliqués dans l’accident. Auteur d’un beau dépassement sur Philippe Bourgois au septième tour, Stéphane Auriacombe s’offrait son premier succès dans la catégorie Gentlemen.

 

L’Alpine Elf Europa Cup prend désormais la direction du Circuit de Nevers Magny-Cours (11-13 septembre) pour le deuxième rendez-vous de la saison 2020.

 

Ils ont dit

 

Mateo Herrero (leader du classement général)
« C’était un week-end presque parfait avec trois poles et deux victoires, mais je me suis fait une vraie chaleur sur la fin de la troisième course. J’étais en tête, puis je me suis retrouvé entre Edwin qui était sur un rythme très rapide en pneus neufs et Jean-Baptiste qui me pressait derrière. J’ai essayé de défendre ma position. C’est dommage, mais nous avons marqué de gros points dans l’optique du titre. Je suis confiant avant d’aller à Magny-Cours, d’autant plus que nos journées d’essais s’y sont très bien passées ! »

 

Edwin Traynard (vainqueur de la course 3)
« Je me suis bien adapté à l’Alpine A110 Cup et à la propulsion, vu que je n’avais piloté que des tractions auparavant. J’ai pris beaucoup de plaisir, j’ai progressé tout au long du week-end et j’ai aimé me frotter aux cadors de l’Alpine Elf Europa Cup. Comme j’avais manqué mes qualifications, j’ai préféré sacrifier ma deuxième course en rechaussant les pneumatiques du samedi et préserver ceux de Q2 pour jouer la gagne dimanche soir. Ce n’était pas le plan initial, mais il nous a permis de gagner ! »

 

Philippe Bourgois (vainqueur de la catégorie Gentlemen en course 1 et 2)
« Je crois que c’est le week-end où je me suis le plus amusé depuis les débuts de la discipline. C’était un week-end fantastique avec l’apparition de nouveaux concurrents de très bon niveau et cela annonce de très belles bagarres, et donc beaucoup de plaisir ! J’ai dû trop attaquer dans les deux premières courses, car mes pneumatiques n’avaient plus assez de jus pour la dernière qui s’est avérée était extrêmement compliquée, mais je repars de Nogaro avec un petit livret d’épargne bien rempli en points ! »

 

Classements

 

Course 1
1. Matéo Herrero (Herrero Racing)
2. Pierre Sancinéna (Racing Technology) +0’’262
3. Jean-Baptiste Méla (Autosport GP) +1’’724
4. Laurent Hurgon (Autosport GP) +4’’157
5. Marc Guillot (Herrero Racing) +7’’377
Pole position : Matéo Herrero (Herrero Racing) – 1’33’’278
Meilleur tour : Matéo Herrero (Herrero Racing) – 1’34’’880

 

Course 2
1. Matéo Herrero (Herrero Racing)
2. Jean-Baptiste Méla (Autosport GP) +0’’692
3. Laurent Hurgon (Autosport GP) +5’’108
4. Pierre Sancinéna (Racing Technology) +5’’949
5. Marc Guillot (Herrero Racing) +6’’436
Pole position : Matéo Herrero (Herrero Racing) – 1’34’’295
Meilleur tour : Pierre Sancinéna (Racing Technology) – 1’35’’241

 

Course 3
1. Edwin Traynard (Autosport GP)
2. Jean-Baptiste Méla (Autosport GP) +2’’295
3. Matéo Herrero (Herrero Racing) +8’’917
4. Marc Guillot (Herrero Racing) +9’’797
5. Pierre Sancinéna (Racing Technology) +10’’872
Pole position : Matéo Herrero (Herrero Racing) – 1’33’’463
Meilleur tour : Edwin Traynard (Autosport GP) – 1’35’’910

 

 

Classement général
1. Matéo Herrero – 56 points
2. Jean-Baptiste Méla – 42 points
3. Pierre Sancinéna – 34 points
4. Edwin Traynard – 29 points
5. Laurent Hurgon – 28 points